Installation de notre solution domotique partie 1

2
463

Bonjour, on se retrouve pour ce second billet qui sera consacré à la base de notre domotique , à savoir : JEEDOM.

Pour plus de lisibilité je vais séparer en 3 chapitres. Ce 1er chapitre sera consacré à passer en revue les choix techniques, puis dans la seconde partie nous allons procéder à l’installation de VMware ESX puis une machine virtuelle Jeedom. Enfin dans la 3ème partie on fera un focus sur l’installation d’une antenne Jeedom.

Je ne vais pas revenir ici sur le choix de Jeedom déjà vu ici.

Jeedom C’est quoi?

C’est un logiciel dédié à la gestion de notre domotique et développé par des français.

Sur le site officiel, on peut voir qu’il s’agit d’un logiciel open source et gratuit, qui peut s’installer sur n’importe quel Linux. La solution s’enrichit à l’aide de plugins, gratuits ou payants, au travers d’un market dédié à la façon de Apple ou Android.

Jeedom permet de :

    • Gérer la sécurité des biens et des personnes,
    • Automatiser le chauffage pour un meilleur confort et des économies d’énergie,
    • Visualiser et gérer la consommation énergétique, pour anticiper une dépense et réduire les consommations,
    • Communiquer par la voix, des SMS, des mails ou des applications mobiles,
    • Gérer tous les automatismes de la maison, volets, portail, lumières…
  • Gérer ses périphériques multimédia audio et vidéo, et ses objets connectés

Chose importante, il est multi protocoles (Z-wave, Rfxcom, RTS Somfy, Enocean, Bluetooth,…) à l’aide des plugins, autonome et local (pas de cloud juste un réseau local) et personnalisable.

Il bénéficie enfin, depuis peu, d’une application mobile officielle.

Etant open source, il est possible de le télécharger et l’installer par nous même (DIY) mais nécessite tout de même quelques notions sur Linux.

Il est possible malgré tout d’acquérir Jeedom sous forme de box prête à l’emploi, et ainsi limiter les compétences sous linux.

L’achat de services packs permet d’apporter des fonctionnalités supplémentaires ainsi que du support.

Bon tout ça on l’a sur le site officiel mais concrètement on fait quoi ?

Et bien on réfléchit à l’architecture que l’on veut mettre en place pour débuter et le nombre de Jeedom que l’on va installer.

La version community sans service pack permet de déployer un Jeedom principal et un second qu’on appellera antenne. ce qui nous donne??

2 Jeedom, bravo à ceux qui suivent.

On doit alors se poser la question suivante :

Sur quel protocole domotique on part?

De mon côté je suis parti sur le protocole zwave.

Il permet de faire un “maillage” entre les détecteurs ou modules à condition d’avoir un bon ratio modules à piles et modules sur secteur. Ces derniers faisant office de répéteur.

Le Z-Wave est un protocole sans fil pour la communication dans le domaine de la domotique. Ces fréquences d’utilisation sont régies par des normes internationales. En Europe la gamme de fréquences utilisées est le 868MHz.

Le Z-Wave garantit une communication fiable en confirmant chaque message, c’est une communication bidirectionnelle. Chaque nœud alimenté sur le réseau peut agir comme répéteur pour les autres nœuds (réseau maillé) dans le cas où le récepteur ne se trouve pas en lien direct de l’émetteur.

Vous pouvez retrouver plus d’information sur le sujet sur le blog de Nechry (développeur du plugin openzwave de Jeedom).

Cela me semblait donc la bonne solution pour couvrir les 2 étages de ma maison. J’utiliserai également d’autres protocoles mais nous verrons cela dans d’autres articles.

Le matériel

Enfin, sur quel matériel installer tout ça? Ayant un PC pas trop ancien (Core i3 avec 16Go de ram), j’ai décidé d’y installer VMware Esxi. Cela me permettra de mutualiser le matériel pour plusieurs machines. J’y mettrais le Jeedom principal.

La fonctionnalité des “snapshots” sera également intéressante pour revenir en arrière (attention tout de même à supprimer ces snapshots une fois que les modifications sont validées sous peine d’être confronté à des lenteurs par la suite).

Concernant le second jeedom je vais partir sur un raspberry pi 2 avec une carte razberry pour le zwave.

 

J’aurais pu partir sur deux raspberry pi mais ayant ce PC à dispo, cela me semblait judicieux. De plus il faut éviter d’utiliser les Raspberry Pi avec uniquement la carte micro sd pour ce type d’installation, les risques de plantage de la carte sd augmentent avec le nombre de lecture écriture.

L’avantage du raspberry c’est sa très faible consommation ainsi que son encombrement réduit.

Je vous mettrais sur les différents articles les liens pour acquérir le matériel.

OK, On a tout. Notre architecture est décidée.

On y va.